débuts > Projet > Rompre l’ennui en prison ?

Rompre l’ennui en prison ?

Yves, Louis et Gilberto ont conçu un projet collaboratif sur la motivation en prison. Entre « rompre l’ennui » et « créer un outil de formation professionnelle », il y a eu 9 mois de courriers. Aujourd’hui, vous pouvez y contribuer.

la motivation en prison Yves et Louis étaient alors en prison. En maison d’arrêt pour le premier. En centrale pour le second. L’un et l’autre finissaient leur peine et contribuaient depuis quelque temps déjà à la création de débuts, « plateforme d’innovation collaborative pour la prévention de la délinquance et la réinsertion ». Leur rôle était notamment de concevoir le principe des ateliers que débuts pourrait proposer en détention.

L’ennui en prison, le désir d’être utile, le travail carcéral, les activités de formations professionnelles ou culturelles… étaient au centre des échanges. Le principal problème à résoudre portait sur la motivation à participer aux activités quand on est en prison.

En maison d’arrêt, les espoirs de Remises de Peine Supplémentaires et l’envie d’être ailleurs qu’en cellule conduisent souvent à s’inscrire à la première activité disponible, quitte à feindre d’y trouver un projet de réinsertion ou même un réel intérêt personnel.
En maison centrale, il y au contraire très peu de motivation à participer aux activités proposées : la longueur des peines rendent les objectifs de réinsertion lointains, voire inexistants. Elle pousse à la résignation.
créer un outil de formation avec des personnes détenues

Petit à petit est apparue l’opportunité de créer un projet autour de la motivation individuelle dans le parcours carcéral. Gilberto, psychologue clinicien, est alors entré dans la boucle des courriers. Il y a apporté son regard extérieur et ses compétences dans la création de tests.

Ensemble, ils ont conçu Images libres de droits, un programme d’ateliers proposé en prison qui implique tous les volontaires dans la création d’un outil de formation sur la motivation.

Inspiré de la méthode « Photolangage », l’outil créé sera librement adressé à l’ensemble des établissements et intervenants en prison comme outil de formation professionnelle, pour aider chacun à trouver sa place et sa voie, quelles qu’elles soient, et à s’y « accrocher ».

Photolangage ?
La méthode Photolangage consiste pour un participant à choisir une image parmi un ensemble d’images proposées et à la commenter. Ce type d’outil est un facilitateur de parole. Il s’utilise dans le cadre d’exercices de groupe (des participants et 1 animateur) dans le but de faire parler chacun de ses motivations, de son expérience, de ses ambitions, de ses projets…
 
libre de droits ?
Une image libre de droits est une image qui une fois acquise peut être librement utilisée, c’est-à-dire sans redevance à son auteur.
Évidemment, il ne s’agit pas de tout régler, ni de nier les actions qui existent déjà. Ce projet participe à mettre en lumière des problématiques sous un angle nouveau en sollicitant l’expérience des personnes détenues pour penser la réinsertion. C’est un premier pas accessible à tous. Une tentative collaborative qui envisage les choses de façon pragmatique.

contribuer




Related posts

commenter